Impact des systèmes de culture sur les populations de Carabidae

Des actions de suivis « lourds » d’auxiliaires (carabes et syrphes essentiellement) ont été menées dans les EPL d’Arras, Dijon Quétigny et Chambray depuis 2011, dans le cadre de leur projet BiodivEA 2010-2013. Ces suivis ont été réalisés selon les protocoles mis en œuvre dans le Casdar « Les entomophages en grandes cultures : diversité, service rendu et potentialités des habitats » et se sont poursuivis dans le Casdar Auximore.

Pourquoi cette action ? Enjeux, démarches et questions auxquels elle cherche à répondre
L’objectif général du projet de l’action est l’évaluation de la biodiversité sur l’exploitation agricole et notamment la biodiversité fonctionnelle.
L’action vise à diminuer l’emploi des produits insecticides et molluscicides en grandes cultures grâce à la valorisation de la faune auxiliaire naturellement présente. Il consiste à mettre en place des outils de suivi des auxiliaires afin de sensibiliser et de former les différents acteurs du monde agricole.

EPL_Chambray_Eure1

mise en place de pots pièges par élèves de Terminale S

EPL_Chambray_Eure2

travail de tri par des étudiants de BTSA ACSE

Lire l’article : les résultats de l’EPL de l’Eure

Jean-Robert Moronval – professeur d’agronomie et productions végétales – EPL de l’Eure, LEGTA E de Chambray
Crédits photos: EPL de l’Eure

Beau succès pour le colloque Auximore hier !

Les partenaires, agriculteurs et conseillers sont venus nombreux à Paris pour le colloque de restitution du projet : plus de 100 participants ont assisté à la présentation et échangé avec les intervenants (télécharger le programme du colloque).

P1000151

Introduction par Christophe Buisset, Président de la Chambre d’agriculture de Picardie

P1000175 P1000177

Cette demi-journée était l’occasion de présenter les acquis et les valorisations du projet, ainsi que les conditions d’utilisation et les précautions d’usage des outils créés au cours de ces 3 années.

P1000317 P1000429

P1000480 P1000487

Quelques retours des participants:
« Merci pour ces travaux et bravo pour l’ensemble des livrables »
« La diversité et la qualité des intervenants sont au rendez-vous! »
« Intérêt tout particulier pour les fiches synthèse de reconnaissance pour proposer aux agriculteurs et conseillers. L’outil de mallette conseillers pour former les agriculteurs peut être intéressant »

P1000565

Pascal Ferey, secrétaire adjoint de l’APCA, en charge du dossier biodiversité

Le comité de pilotage planche aujourd’hui sur le bilan du projet et les suites à donner.
Tous les livrables seront en ligne d’ici la fin de l’année sur le site www.unebetedansmonchamp.fr

Corinne Lescaudron – Chambre d’agriculture de Picardie

Le projet Muscari

Le projet Muscari (2015-2018) aborde la question méthodologique des outils pour évaluer le service rendu par les bandes fleuries aux cultures, sur plusieurs filières: grandes cultures, arboriculture, maraîchage, viticulture.

L’objectif reste identique au projet Auximore: faciliter l’appropriation de la biodiversité fonctionnelle par les producteurs en facilitant l’estimation de son utilité.

Le projet ambitionne également d’optimiser le choix botanique dans les mélanges fleuris proposés sur le marché, en fonction des conditions pédoclimatiques des producteurs, et mettra en ligne un outil d’aide à la décision pour optimiser ce choix botanique et ainsi assurer sa fonctionnalité.

Muscari, dans lequel se retrouvent  plusieurs partenaires d’Auximore, est porté par le  Groupe de Recherche en Agriculture Biologique.

Régis Wartelle – Chambre d’agriculture de Picardie

 

Déjà 105 inscrits au colloque Auximore !

… et il n’est pas trop tard pour s’inscrire encore : faites passer le message autour de vous!

Toute l’équipe d’Auximore est sur le qui-vive pour être fin prêts le jour J. Le communiqué de presse est en ligne et déjà envoyé à la presse régionale picarde (merci à Virginie de la CRA Picardie) et nationale (merci à Iris de l’APCA). Chacun peut le relayer à ses contacts également.
Le site www.unebetedansmonchamp.fr est en phase de finalisation grâce aux collègues de la tâche 2 (Rose-Line du MNHN, Céline du CETIOM, Véronique d’Arvalis et moi-même). Il sera mis en ligne dès mercredi prochain. Nicolas d’Agroof s’occupe activement des vidéos et de la mise en page des fiches de la tâche 1 qui seront téléchargeables sur le site d’ici fin décembre.
Une des journalistes qui a participé à notre voyage de presse en septembre, prévoit un article de présentation dans le numéro du vendredi 12 décembre de la France Agricole… et une autre de chez Agrodistribution, un papier sur la sensibilisation des agriculteurs aux auxiliaires des cultures.

Le « tiré-à-part » de présentation de l’ensemble du projet et de ses livrables (16 pages), est en cours de validation pour être distribué comme dossier des participants lors du colloque (merci à Victor de l’APCA). Il constitue le dossier du prochain numéro de la revue « Chambres d’agriculture » (Audrey de l’APCA vous en parlera dans un prochain billet!).
Enfin, les intervenants sont en pleine cogitation pour préparer leurs diaporamas et se préparer à cette demi-journée du 11 décembre qui s’annonce riche en échanges!

Tout ça sous la houlette de notre chef de projet Régis, qui orchestre de main de maître…

Bref, à J-7 la pression monte et les choses s’organisent pour se mettre en place tout naturellement…

Télécharger l’invitation et le programme
Inscription au colloque Auximore du 11 décembre

Corinne Lescaudron – Chambre d’agriculture de Picardie

13 novembre : un collectif de professionnels a testé pour vous les prototypes des outils d’aide à la décision

Les prototypes d’outils d’aide à la décision construits dans le cadre d’Auximore ont été présentés le jeudi 13 Novembre à un collectif de professionnels, incluant des conseillers agricoles de deux régions différentes (Bretagne, Picardie), ainsi qu’un agriculteur. La matinée a permis une présentation générale de ces indicateurs, de leur méthodologie d’élaboration et de leur utilisation possible. Durant l’après midi, les résultats de l’utilisation concrète de ces outils sur des parcelles bien connues des participants (l’analyse ayant été réalisée en amont), ont permis de mesurer un  bon niveau de sensibilité des indicateurs carabes, syrphes, chrysopes et parasitoïdes construits avec l’outil multicritère Dexi.
De tels indicateurs prédictifs devraient permettre de simuler l’impact des pratiques agricoles et de gestion du paysage sur les auxiliaires en parcelles, même s’ils ne peuvent se substituer à l’observation. Ils constituent un premier outil prometteur pour intégrer l’appréciation de la régulation naturelle des ravageurs par les auxiliaires, et ainsi diminuer le recours aux pesticides.

ExempleSyrphes
Le test d’un deuxième jeu d’indicateurs carabes, construits cette fois-ci sur la base d’une méthode statistique (arbres de régression), a également montré son intérêt en matière de comparaison de situation de parcelles. Par contre, il faudra repartir de données bretonnes pour pouvoir traiter les parcelles de la même région, car l’outil a été construit à partir des données du Casdar Entomophages provenant des régions Centre et Picardie (grandes cultures, paysages ouverts).
Françoise Lasserre-Joulin – Université de Lorraine/INRA Nancy et André Chabert – ACTA

Les méthodes de piégeage et d’observation EN IMAGE !

La diffusion des méthodes de piégeage et d’observation des insectes auxiliaires fait partie des objectifs du programme AuxiMORE. Mais en quoi consistent ces différentes méthodes ? Comment les déployer concrètement sur le terrain ? Si des guides AuxiMORE existent sur le sujet, il n’y a rien de plus complémentaire que de voir leur mise en œuvre en image.
La SCOP Agroof, avec l’appui des différents partenaires du projet AuxiMORE, a réalisé une série de vidéos explicatives. Elles seront bientôt disponibles (dès la mi-décembre !) sur le site internet du projet : pots barber ; planches à invertébrés ;  cuvettes jaunes ; pièges cornet. Dans chacune, vous trouverez des informations sur le matériel nécessaire, des conseils et des astuces de mise en place, des explications sur les relevés et l’identification des insectes.

video
Pour l’élaboration de protocoles de suivis à partir de ces méthodes, c’est-à-dire leur disposition dans la parcelle, la fréquence de relevé et les périodes d’observation, il faudra se reporter au guide méthodologique réalisé dans le cadre du projet…car tout va dépendre des objectifs que vous vous fixerez !
A très bientôt,
Camille Béral et Nicolas Girardin, pour la SCOP Agroof

Colloque de restitution du projet Auximore le 11 décembre

Venez nombreux pour découvrir les connaissances capitalisées et les outils réalisés pour les agriculteurs et les conseillers dans le cadre de notre projet: Outils de reconnaissance des auxiliaires et des ravageurs, outils de suivis élaborés et simplifiés, fiches sur les auxiliaires et les ravageurs et outils pédagogiques pour les formations.

Télécharger l’invitation et le programme

Inscription au colloque Auximore du 11 décembre

colloque-auximore

Corinne Lescaudron – Chambre d’agriculture de Picardie

Zoom EPL Dijon-Quétigny : Mise en évidence de la prédation des graines d’adventices par les carabidés

Objectif
Cette expérimentation a été mise en place sur l’exploitation de l’EPL après deux années d’inventaire des carabidés sur les mêmes parcelles.
Certains carabes omnivores et à fortiori granivores peuvent aider à limiter le stock semencier d’adventices. En mettant en place ce protocole standardisé mis au point par l’INRA Dijon, il s’agissait de mettre en évidence de façon concrète et pédagogique le service écosystémique rendu et de le promouvoir auprès des jeunes en formation et des agriculteurs. L’objectif n’était pas de faire de la recherche mais de montrer des exemples concrets à portée pédagogique.

Le protocole expérimental
Le principe est de mettre dans la parcelle une cage grillagée ne laissant pas passer les vertébrés et contenant un morceau de papier de verre où sont collées un nombre connu de graines. Au bout d’une semaine, la carte est récupérée et les graines restantes comptées. On peut en déduire le pourcentage de prédation.
Deux types de graines ont été testées:

  • Des graines de vulpin
  • Des graines de pensée des champs (réputées riches en lipides)

Sur chaque carte ont été collées 50 graines de vulpin et 50 graines de pensée.

Carte avec graines collées (Pensée et vulpin)

Carte avec graines collées (Pensée et vulpin)

A proximité des cages grillagées ont été placés des pots Barber permettant de connaître la composition de la communauté de carabidés.

Cage grillagée dans une parcelle de moutarde

Cage grillagée dans une parcelle de moutarde

Les cages ont été installées par groupe de 3 dans 3 parcelles différentes à 50 m de la bordure.

Les résultats obtenus
Exemple des résultats obtenus sur la parcelle Buisson Tendon implantée en moutarde.

graines

Il est possible de mettre en parallèle de ces résultats le nombre de carabidés piégés pendant la même période sur la même parcelle.

carabes

Les résultats obtenus mettent en évidence de façon claire une prédation des graines de vulpin et de pensée (viola arvensis) par les carabes. Cette prédation s’avère élevée dans certaines parcelles. Il est toutefois difficile de se prononcer sur l’aspect quantitatif de cette prédation.

Geneviève Codou-David – EPL de Dijon-Quetigny
Crédits photos: EPL de Dijon-Quetigny

 

« Favoriser les auxiliaires des cultures »: la formation est au catalogue Résolia en mai 2015

Je peux vous annoncer d’ores et déjà que la formation « Favoriser les auxiliaires des cultures » co-construite et testée dans le cadre d’Auximore est au catalogue de Résolia, le centre de formation des Chambres d’Agriculture.

Développer la biodiversité fonctionnelle pour des grandes cultures performantes
Les connaissances sur la biologie et l’écologie des auxiliaires des cultures sont maintenant stabilisées et nombreuses. Les maîtriser donne aux conseillers des atouts majeurs pour accompagner les agriculteurs dans leur raisonnement technique.

Public visé : Conseillers en productions végétales, agronomie, environnement, ingénieurs du réseau DEPHY

Objectifs :

  • Savoir argumenter l’intérêt d’un raisonnement technique prenant en compte les auxiliaires de cultures et des méthodes de suivi simplifiés.
  • Aider les agriculteurs à raisonner les pratiques et les aménagements favorables aux auxiliaires.
  • Co-concevoir avec des agriculteurs des systèmes de cultures favorisant les auxiliaires et les évaluer.

Durée : 3.5 jours
Lieux et dates: La Rochelle (17) ; du 19 au 22 mai (12h30) 2015

Corinne Lescaudron – Chambre d’agriculture de Picardie

21 fiches «ravageurs» et 7 fiches «auxiliaires» en préparation

L‘un des objectifs d’AuxiMORE est de capitaliser et organiser les informations existantes sur les ravageurs et auxiliaires des cultures. Le travail a été fait en 3 étapes :

  • ÉTAPE 1 : Référencement des informations. Environ 300 références bibliographiques
  • ÉTAPE 2 : Soumission de ces informations à un groupe d’une dizaine d’experts du projet
  • ÉTAPE 3 : Rédaction des fiches synthétiques.

Les experts impliqués dans le projet ont dressé une liste de 21 ravageurs importants en grandes cultures et de 7 familles d’auxiliaires.

Fiches « auxiliaires »
Toutes les informations ont été relues par 2 ou 3 experts. La rédaction des 7 fiches est finie. Elles présenteront les informations suivantes, sous le format d’une fiche recto-verso:
(1) potentiel auxiliaire
(2) cycle de vie
(3) effet des pratiques agricoles et de l’aménagement du paysage
(4) méthodes de suivis
– pour certaines fiches, il y a des précisions sur certaines espèces

exemple fiche auxiliaires
Figure 1 : Exemple de fiche auxiliaires (mise en page provisoire)

Fiches « ravageurs »
Les relectures des experts sont assez hétérogènes et pour certains ravageurs, les informations n’ont pas été relues. Ces informations vont être resoumises au groupe d’experts. Pour les ravageurs dont les informations ont été relues par 2 ou 3 experts, les fiches sont en cours de rédaction. Sous un format un peu plus long que les fiches « auxiliaires », elles présenteront les informations suivantes :
(1) importance du ravageur (nuisibilité, localisation, période de risque, …)
(2) cycle de vie (avec un schéma quand cela est possible)
(3) effets des pratiques agricoles et de l’aménagement paysager
(4) auxiliaires agissants sur le ravageur
(5) méthodes de suivis

exemple fiche ravageur
Figure 2 : Exemple de fiche ravageur (mise en page provisoire)

Les photos pour les fiches
Plusieurs personnes du projet nous ont fait parvenir leurs photos pour illustrer les fiches. Pour certains insectes, nous ne disposons d’aucune photo. Nous allons donc relancer les acteurs du projet afin de combler ce manque.
Aurélien Lepennetier – ACTA