L’Observatoire agricole de la biodiversité publie des résultats riches d’enseignement

L’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) a publié le 22 mai le bilan de l’année 2014.

L’OAB, initié en 2011, réunit le ministère de l’agriculture, le Muséum national d’histoire naturelle, l’Université de Renne, ainsi que les Chambres d’agriculture. Les résultats des observations 2014 font état d’une régression du nombre de pollinisateurs sur les 398 parcelles suivies, ce qui s’expliquerait par la météo pluvieuse. A l’opposé, les vers de terre, limaces, cloportes ou milles-pattes ont été plus nombreux que lors des précédentes observations.

Les résultats des observations tendent à montrer qu’un environnement homogène est moins favorable à la biodiversité qu’une mosaïque d’habitats, notamment pour les papillons, abeilles et invertebrés. En revanches, les ravageurs de cultures seraient plus abondants en milieu homogène. Bandes enherbées et haies semblent favoriser la présence des pollinisateurs.

Le recours aux produits phytosanitaires semblent impacter la présence des papillons de jours, mais moins celle des vers de terre, plus sensibles au travail du sol. Les placettes en AB observées ne révèlent ainsi pas de fortes populations devers de terre.

Autre constat, la mise en place d’intercultures favorise l’abondance d’invertébrés terrestres, particulièrement en grandes cultures.

Plus d’information sur le site de l’OAB

Corinne Lescaudron – Chambre d’agriculture de Picardie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>