Suivis d’auxiliaires en parcelles agroforestières

En ce printemps/été 2013, l’équipe d’Agroof se replonge dans les suivis de biodiversité auxiliaire grâce au projet AuxiMORE. Pour cette phase de test des protocoles, Agroof s’est lancé dans le suivi de deux parcelles agroforestières sur des sites de référence : Le domaine expérimental de Restinclières (Hérault) et le domaine de Roumassouze (Gard).

  • Sur le domaine expérimental de Restinclières, la parcelle suivie présente un assolement de pois protéagineux associé à des lignes de noyers hybrides âgés de 18-19 ans. Ce site dispose d’un témoin agricole, c’est-à-dire d’une partie cultivée sans les arbres sur laquelle les suivis sont également effectués. Cela nous permettra de comparer les modalités avec et sans arbres.
  • Sur le domaine de Roumassouze, la parcelle suivie présente un assolement de pommes de terre associé à des lignes de merisiers, tilleuls et muriers âgés de 15 ans. Cette année, la parcelle ne dispose pas de témoin agricole. Seule la modalité agroforestière est donc suivie.

Ces deux parcelles font l’objet de suivis « d’auxiliaires rampants » et « d’auxiliaires volants » selon les protocoles dit « élaborés ». Nous n’avons toutefois pas pu mettre en place de tentes malaise/pièges à cornet cette année, ce sera donc pour l’année prochaine !

Figure 1 - cuvette restinclièresagroof

Crédit photo : Agroof

En agroforesterie, avec la présence des lignes d’arbres intraparcellaires, la disposition des pièges est forcément différente des parcelles sans arbres. D’autant plus que sur ces sites, l’espacement entre ces lignes est relativement faible (10 à 13m): Schéma des dispositifs de piégeage

Ainsi, en plus d’acquérir des références sur la biodiversité de ces parcelles et l’impact des lignes d’arbre sur cette dernière, cette première année de test est également l’occasion de voir comment l’on peut adapter ces protocoles à des systèmes agroforestiers en grandes cultures. De nombreuses améliorations sont surement possibles et c’est là tout l’intérêt du projet.

De plus, et c’est un élément d’importance : Agroof n’est pas seul. L’équipe accompagne un groupe de 8 agriculteurs locaux qui ont souhaités suivre la biodiversité auxiliaires sur leurs parcelles en grandes cultures. Certains pratiquent l’agroforesterie, d’autres non. Grâce à ces volontaires et aux discussions engagées toutes les deux semaines, certains retours intéressants commencent à émerger…mais cela sera pour un autre billet 😉

Figure 4 - Auximore agriculteurs vézénobres crédit photo : Agroof

Camille Béral, pour l’équipe d’Agroof !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>