Le point sur la tâche 1

Récemment arrivée en stage à l’ACTA sur les tâches 1 et 3 d’AuxiMORE, je vais vous donner quelques nouvelles de la tâche 1.

Un bref rappel pour commencer, l’intitulé de la tâche 1 est « Capitaliser les connaissances et informer ». Ainsi, pour mener à bien cette tâche, les partenaires du projet ont décidé  de réaliser une étude bibliographique sur les ravageurs et les auxiliaires en grandes cultures ainsi que de créer des supports de diffusion de ces connaissances à destination des agriculteurs et des conseillers.

Actuellement, l’ACTA construit des fiches à destination des agriculteurs, des lycées agricoles, mais aussi des experts. Celles-ci portent sur les ravageurs les plus problématiques en grandes cultures, sur les auxiliaires et sur les couples ravageur/auxiliaires.

Il s’agit de rassembler en une fiche par espèce ou par famille des informations pouvant être dispersées sur des supports déjà existants. Les fiches sont complétées par des experts et elles valorisent le travail accompli avec la création de la base de données et de la synthèse bibliographique.

 En effet, l’ACTA et le CETU INNOPHYT ont réalisé une base de données (BDD pour les intimes) Access. Cette dernière recense un grand nombre d’informations, comme la biologie des auxiliaires et ravageurs, les méthodes de lutte et de suivi, les pratiques culturales et facteurs environnementaux ayant un effet positif ou négatif sur les populations…

L’ACTA a créé l’outil et rentré les informations relatives aux ravageurs, puis le CETU INNOPHYT l’a complété en y apportant les connaissances sur les auxiliaires. 166 publications liées aux ravageurs ont été étudiées, 120 pour les auxiliaires. Grâce à la fonction de requête permise par ce formidable outil informatique, on peut connaître plein de choses, comme le cortège d’auxiliaires accompagnant le doryphore ou encore les dégâts occasionnés par les taupins.

En parallèle de l’amendement de la BDD, le CETU INNOPHYT a rédigé une synthèse bibliographique sur l’état de la présence des insectes auxiliaires en grandes cultures et des méthodes de piégeage.

Désormais, ce qu’il reste à faire :

  • Terminer la rédaction des fiches
  • Les soumettre aux experts des instituts pour validation et correction
  • Améliorer la BDD avec l’INRA de Nancy afin de la rendre plus ergonomique
  • Rédiger une review dans Biological control à partir de l’analyse bibliographique

Laura Bruchon, stagiaire à l’ACTA

2 réflexions au sujet de « Le point sur la tâche 1 »

  1. Je suis tres interessante de cette initiative. Ma estudiante, Felicity Bedford, est en train d’etudier les insectes auxilliares. Puis-je etre consultee pour validation et correction? Je suis une entomologiste.

  2. Yes, thanks
    I tell that to my partners on first task.Sorry for my poor english !

    Tâche 1 : Capitaliser les compétences et informer

    Hélène GROSS, ACTA
    04 78 87 56 22
    Ingrid ARNAULT, CETU Innophyt 02 47 36 69 75

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>