Extraction de l’information spatio-temporelle pour la construction d’arbre de décision

Mise en œuvre de méthodes et outils pour extraire de l’information spatiale dans le cadre d’un dispositif de piégeage in-situ.
Les outils d’un Système d’Information Géographique ont été utilisés pour récupérer l’information environnementale des pièges mis en place dans le cadre de capture d’auxiliaires de cultures. Un rayon d’étude autour des pièges a été établi.

web
Les méthodes utilisées pour extraire et construire les données :

  • Acquisition et création des données spatiales (mise à jour annuelle) : La géolocalisation des pièges, la recherche des données géométriques du parcellaire, l’occupation des sols, les différents réseaux (route, chemin, bande enherbée, haie, voie d’eau, fossé…).
  • Outils de traitements : Création de Buffer (zone autour de chaque piège).
    Découpe avec ces Buffers des différentes couches de données spatiales.
    Calcul de la nouvelle géométrie et de l’association des occupations de sol ainsi que leur pourcentage de représentation.
  • Exportation des données : Exportation des données S.I.G vers Excel, création de feuilles de calcul.

Ce processus permet d’extraire de l’information spatiale sur des zones dont l’emprise est définie. Les données des différentes couches géo-localisées sont associées.
Les informations ainsi regroupées ont été livrées sous forme d’un classeur Excel.
Cette extraction de données est une étape dans la construction d’arbre de décision.

Béatrice Serradj-Noirtin – Université de Lorraine/INRA Nancy

Quel contenu pour des arbres de décision « carabes » construits par fouille de données ?

L’objectif des indicateurs construits dans le cadre de la tâche 3 du programme Auximore est de prévoir les effets des pratiques agricoles et de gestion du paysage sur divers auxiliaires des cultures tels que carabes, syrphes, hyménoptères parasitoïdes et chrysopes.

En parallèle des indicateurs construits à partir de l’analyse multicritère avec des outils du type Dexi, il est possible d’établir un autre type d’arbres de décision complémentaires, à condition de disposer d’une base de données suffisamment fournie en résultats expérimentaux. Ainsi, a-t-on appliqué à la base de données du Casdar Entomophages des méthodes de fouille de données telles que l’analyse de classification hiérarchique. Il en a résulté divers arbres de décision qui permettent non seulement de prévoir une abondance ou une richesse spécifique totale en carabes, mais également une abondance selon leur classe de taille (petit, moyen ou gros) ou de leur type de régime alimentaire (carnivore, phytophage).

Reste à tester la sensibilité et à valider ces arbres de décision, notamment sur leur valeur d’usage. Pour cela, des tests en présence de conseillers agricoles sont prévus à l’automne.

Françoise Lasserre-Joulin – Université de Lorraine/INRA Nancy

Pourquoi les outils d’évaluation de systèmes ?

Les outils d’évaluation multicritères développés dans le projet AuxiMore ont pour but d’aider les opérateurs de terrain (agriculteurs, conseillers agricoles, …) à juger du potentiel d’accueil en auxiliaires d’une parcelle. Les insectes concernés sont les syrphes, les micro-hyménoptères parasitoïdes de pucerons, les coccinelles, les chrysopes et les carabes ainsi qu’un ravageur, les limaces.

A l’aide de ces outils, il sera facile de réaliser de nombreuses simulations de changements de systèmes et d’en estimer les conséquences vis-à-vis des auxiliaires. Ces évaluations pourront servir aussi bien à un agriculteur particulier souhaitant changer ses pratiques qu’à l’animation de groupes de réflexion.

Au travers des diverses simulations réalisées, chacun pourra évaluer ses nouveaux projets et choisir ceux qui conviennent le mieux.

Vous pouvez voir ci-dessous un exemple de modification d’un système de culture et de ses aménagements à partir d’une évaluation du potentiel d’accueil en syrphes.

Exemple de modification d’un système de polyculture élevage appuyé sur l’évaluation du potentiel d’accueil en syrphes d’une parcelle située en Bretagne :

Graphique ACTA 1

Ci-dessus, vous pouvez voir une représentation du potentiel d’accueil global de syrphes initial d’une parcelle (en haut, t0), après une première modification du système, qui consistait à diminuer l’utilisation d’insecticides (au milieu, t1), et après une seconde modification caractérisée par la mise en place d’une bande enherbée (en bas, t2). Puis ci-dessous, vous avez en parallèle un radar représentant les facteurs influençant chacun de ces potentiels d’accueil.

Graphique ACTA 2

LudivineThivat, André Chabert – ACTA

Des nouvelles sur les systèmes de cultures innovants

Après vous avoir donné des nouvelles de l’ACTA concernant la tâche 1, en voici sur la tâche 3 !

Cette dernière est la deuxième partie de mon stage de fin d’étude. Elle est en lien direct avec la 1ère. En effet, les données bibliographiques de la BDD construite dans la tâche 1 vont être utilisées afin de concevoir des systèmes de culture innovants, ainsi que des arbres décisionnels avec l’outil DEXi (tâche 3.2). Ces derniers seront envisagés à trois échelles : experts, conseillers et agriculteurs.

C’est en collaboration avec l’INRA de Nancy que l’ACTA réalisera ceci. Les arbres de décision évalueront des systèmes de culture en termes de « potentiel auxiliaires » et de pression en ravageurs. Les données d’entrée dont l’outil a besoin sont les pratiques culturales, l’environnement de la parcelle et ses aménagements paysagers.

Bien évidemment, les arbres ne porteront pas sur tous les ravageurs et auxiliaires existants en grandes cultures. Seuls certains d’entre eux ont été sélectionnés par le groupe de travail, en fonction de leur grande nuisibilité ou de l’importance de leur rôle de régulation. Concernant les ravageurs, ce sont les pucerons d’automne et de printemps, les limaces, les taupins, la pyrale, la chrysomèle, et pour les auxiliaires, les micro-hyménoptères, les carabes, les syrphes et les araignées.

Le groupe de travail réalisera au départ des arbres les plus détaillés possibles puis il les simplifiera afin qu’ils soient accessibles aux conseillers et agriculteurs.

Une rencontre entre l’ACTA et l’INRA de Nancy a eu lieu mi-mai afin d’initier la création des arbres.

Laura Bruchon, stagiaire à l’ACTA

Les premières idées pour le site AuxiMORE

Nous réfléchissons en ce moment à la création d’un “mini-site internet responsive”… il s’agit d’un site qui a la particularité de s’adapter automatiquement à l’écran sur lequel on le consulte. Il est donc très agréable d’y naviguer aussi bien à partir de son ordinateur que de sa tablette ou de son smartphone.

Notre objectif : permettre à l’agriculteur de pouvoir accéder facilement aux informations Auximore, quel que soit l’endroit où il se trouve (au bureau ou dans ses champs).

Voici les services en ligne que nous avons pensés lui mettre à disposition :

reconnaissance des insectes à l’aide de photos

consultation des protocoles de suivi des insectes (qu’est ce que je dois regarder, comment je peux les piéger…) avec des vidéos et des fiches (pdf) à télécharger

et bien sûr des contacts, liens utiles, notamment un lien vers le blog pour y publier une photo prise avec son smartphone par exemple, poser des questions si besoin…

Auriez vous d’autres idées ? SI oui, n’hésitez pas à nous en faire part dès maintenant, toutes les suggestions sont les bienvenues !

et nous essaierons de les prendre en compte dans la mesure du possible …

Corinne Lescaudron – Chambre Régionale d’Agriculture de Picardie

Une Publication sur les Entomophage en grande culture

Entre 2009 et 2011, Arvalis – Institut du végétal a animé le projet CAS DAR « Les auxiliaires entomophages en grandes cultures : diversité, service rendu et potentialité des habitats » avec l’appui de la Chambre régionale d’agriculture de Picardie.

Ce projet est un peu le grand frère d’AuxiMORE, puisqu’il s’intéressait à :

  • La participation des grandes cultures au maintien de la diversité des familles de Carabidés et Syrphidés ;
  • l’effet des pratiques agricoles et aménagements sur ces familles ;
  • et leur rôle de régulation des populations de ravageurs dans des contextes paysagers différents.

Concrètement, trois régions françaises (Rhône-Alpes, Centre – Ile-de-France, Picardie)  ont accueillis différentes expérimentations. Il y a eu donc 45 parcelles de suivis.

Après ces trois années de travail, des résultats ont été obtenus sur la diversité des espèces rencontrées en milieu agricole de grandes cultures et l’effet des pratiques agricoles ou des aménagements sur ces différentes communautés. Un article scientifique vient juste d’être publié et présente les résultats du projet.

Si vous souhaitez lire cet article il vous suffit de suivre ce lien : Les entomophages en grandes cultures : diversité, service rendu et potentialité des habitats

Vous pouvez aussi trouver d’autres informations concernant ce projet sur le site des Chambres d’agriculture de Picardie : projet entomophages

A bientôt

Marie Debandt – Chambre régionale d’Agriculture de Picardie

L’enseignement agricole travaille pour la biodiversité !

L’appel à projets BiodivEA « Biodiversité dans les exploitations agricoles » a été initié en 2010, dans le cadre du partenariat entre les Ministères de l’agriculture et de l’écologie, dans l’objectif de renforcer la mobilisation de l’enseignement agricole sur la thématique de la biodiversité.

Les établissements d’enseignement agricole (EPL) et leur exploitation constituent des lieux privilégiés pour travailler sur la problématique des interactions agriculture et biodiversité. Déjà sensibilisés et actifs sur cette question, ces EPL peuvent développer dans le cadre de BiodivEA des projets de démonstration et d’expérimentation sur cette problématique, à l’échelle de leur territoire. Ce thème transversal constitue un support pertinent pour impliquer largement la communauté éducative, décloisonner les disciplines et filières de formation, et développer des partenariats.

 18 EPL sont ainsi engagés dans des projets centrés sur les problématiques et enjeux spécifiques au territoire, et comportant un volet national (participation à l’Observatoire Agricole de la Biodiversité). Les thèmes sont variés et permettent d’expérimenter des outils d’étude et d’évaluation de la biodiversité en agriculture, en vue de mutualiser ces expériences et les résultats obtenus.

bergerie

 Depuis 2012, des actions plus approfondies prolongent ces travaux, en lien étroit avec les acteurs de la recherche et du développement, sur les thématiques suivantes : diagnostics globaux, infrastructures agro-écologiques, prairies, auxiliaires, pollinisateurs, sols, messicoles. L’objectif est à terme de fournir des ressources opérationnelles aux acteurs du conseil et de la formation sur la question des interactions agriculture et biodiversité, dans une logique globale de capitalisation, mutualisation et diffusion d’outils.

Dans ce cadre, la Bergerie Nationale a noué des relations avec les acteurs du projet AuxiMORE, pour promouvoir les échanges entre les EPL engagés dans l’étude des auxiliaires sur leur exploitation en grandes cultures et les partenaires d’AuxiMORE. Ces EPL bénéficient des réflexions et des outils mis en œuvre dans le cadre d’AuxiMORE, et constituent des sites d’observation qui viennent nourrir ce projet. La Bergerie Nationale assure la mutualisation et la capitalisation des travaux menés et des résultats obtenus sur ces EPL.

 L’animation nationale de l’opération BiodivEA est assurée par le réseau « Biodiversité » de l’enseignement agricole, 3 établissements nationaux d’appui : Agrocampus Ouest Beg Meil, SupAgro Florac et la Bergerie Nationale, et l’ACTA, et en relation avec les acteurs de la recherche et du développement.

Emilie Kolodziejczyk – Bergerie Nationale